On retrouve des traces de transports en communs urbains très tôt sur

Aix, dès la première moitiée du XIX° siècle, les grands hôtels Aixois

sont à l’origine de ces services.

En 1875, On dénombre 11 omnibus à tractions animal dans les rues

Aixoises, dont seulement 1 pour les lignes régulières publiques. Les

10 autres véhicules appartenaient, à des hôtels, mais étaient

contrôlés par la municipalité. Ces omnibus était à destination des lieux

d’excursions prisés à l’époque comme les gorges du Sierroz à

Grésy, le domaine de Marlioz, l’observatoire de Tresserve, le port

Puer mais aussi des hameaux Aixois comme, Cornin, Puer et Lafin. Ces activités saisonnières par définition, font l'objet d'une vive concurrence, entre les différents hôtels et sociétés de transports. La municipalité était sans cesse sollicitée par les transporteurs pour obtenir des autorisations de stationner devant la gare PLM. Le seule omnibus appartenant à un transporteur privé, lui aussi contrôlé par ville, était utilisé pour une ligne régulière reliant l’actuelle place Carnot au Grand port. Après l'établissement du réseau de tramways en 1897, un certain nombre d'entreprises bénéficient encore d'autorisations de faire circuler leurs omnibus, la compagnie des tramways finit par obtenir la suppression de ces lignes en 1907.

 

-  1876  : La municipalité lance un appel d'offre pour établir un réseau de transports en commun, reliant l’actuel Grand Port à Marlioz en passant par le centre ville. Environ 6 projets seront proposés, notamment des tramways à multiples propulsions. C'est en 1887 que les tramways à air comprimé Mekarski sont retenus. C’est l’Omnium Lyonnais des Chemins de Fer et des Tramways qui se charges de la mise en place du réseau, la même année la Compagnie des Tramways d'Aix-les-Bains est créé. 

 

                                 -  1897  :  Le 18 avril le réseau de tramways est inauguré et le

                                 succès est immédiat, si bien que dès la première année le nombre

                                 de voyageurs dépasse les 200 000, et même plus de 240 000

                                 l’année suivante.
                                 Le réseau forme un ensemble de 4 lignes totalisant un peu moins

                                 de 11 km. Le dépôt se situe Avenue de St Simon (la silhouette

                                 du dépôt est encore visible Allé de la Compagnie des Tramways).

                                 Les lignes de Port Puer, Port Cornin et de Grésy ont leurs terminus

                                au droit des rue de Genève et du Casino, tandis que la ligne de Marlioz a le sien place du Revard, une voie de service contourne le centre ville pour relier les 2 terminus, la municipalité ayant toujours refusée le passage des machines par la place de Genève. Le parc est alors composé de 10 motrices et 4 "baladeuses", les voitures sont beige avec liserets et bas de caisse café au lait, dans les dernières années d’exploitation elles arborent une livrée vert foncé avec liserets jaune.
Dès la seconde années, les relations entre la ville et la compagnie deviennent de plus en plus compliqués. De nombreux sujets sont sources de tensions comme le passage des trams rue du Casino, la création du halte devant la gare, l’entretient de la chaussée au niveau des rails, etc
En Août 1905 a lieu un accident entre un tramway et un train au passage à niveau de mémard, le tramways ne s’étant pas arrêté au passage à niveau a percuté un express du PLM à destination de Paris, lancé à 70 km/h. Cet unique accident précipite la fin des tramways.
En 1908 la compagnie demande à être déchargée d’utilité publique, ce sera la dernière année de fonctionnement des tramways Aixois, cette année la compagnie enregistre une fréquentation de 193 000 voyageurs. L’année suivante la Cie est en faillite, en novembre 1911 la mise en adjudication est prononcée.
En 1913 la compagnie disparaît officiellement, la ville devient propriétaire du matériel roulant et des infrastructures. 
Les Tramways de La Rochelle acquièrent les 4 baladeuses et 8 motrices entre 1921 et 1923, une motrice à été utilisé sur la ligne Voiron-St Béron, sans certitude, et la dernière à certainement fini sa vie sur Aix.

Pour plus d'information sur les tramways Aixois, je vous conseille vivement la revue Arts et Mémoire d'Aix-les-Bains N°9

 

-  1913  : Après la suppression définitive des tramways, un appel d’offre est lancé pour un service urbain par cars automobiles, pour remplacer les service provisoires par "cars-riperts" l’exploitation est confié la société anonyme Grenobloise, M. Martin, concession qui pris fin avec la guerre.

 

-  1921  : Mironneau optient la concession des services urbains, à

partir de la saison 1922,  avec un cahier des charges stricte, par

exemple : "les voitures devront être silencieuses, a cardans, avoir

la même structure et le même dispositifs que les autobus Parisiens".

6 autobus sont utilisés pour les services urbains, des Berliet pour la

plupart. L'itinéraire des lignes est déterminé par les conseil

municipales ainsi que par Mironneau, les destinations sont quasi

identique que le réseau du tramways. Ce premier réseau

d'autobus connaît un franc succès, les résultat sont encouragent

pour les transports en communs, malgré son fonctionnement saisonnier d’avril à mi octobre. D’ailleurs les transports publics Aixois resteront saisonnier jusqu’en 1957.
Les autocars Carrière qui n’apreciaient pas de s’être fait évincé pour la concession du réseau, détournent alors des lignes d'excursions saisonnières pour créer une concurrence avec les autobus urbains. Mironneau engage alors un procès contre la ville, lui reprochant de ne pas respecter le cahier des charges. Mironneau obtient du tribunal 150 000 Frs. de dommages et intérêt.

 

                                   -  1935  : C’est une société créé à l’occasion du renouvellement

                                   de la  concession des services urbains, qui l’obtient. UATUT

                                   pour  Union Aixoise des Transports Urbains et Touristique, qui est

                                   le regroupement de 43 cochers et chauffeurs de taxis Aixois.

                                   La nouvelle société commande pour sa première année

                                   d’exploitation 5 autobus Delahaye 103 et 3 Delahaye 140 en livrée

                                   bi-ton gris souris. L’offre est complétée avec la desserte de la

                                   plage, le réseau passe de 4 à 6 lignes. L’agence commercial

                                   des services urbains s’installe dans un kiosque avenue Revelstoke, elle y restera jusqu’en 2008.

Après la guerre, la reprise des services urbains est lente. Le réseau

composé de 3 lignes, est toujours exploité par UATUT. Le manque de

véhicules nuit à la qualité du service. Les transports en communs,

rappelons-le toujours saisonniers, perd en puissance comme c’est le

cas dans la majorité des villes françaises surtout de taille moyenne. 

                                   En 1952 un projet de trolleybus entre le Grand

                                   Port, le centre ville et la gare du téléphérique,

                                   voit le jour, il restera sans suites.

 

                                   -  1954  : Mironneau acquiert l'UATUT, la même année le SILB

                                   (Syndicat Intercommunal du Lac du Bourget) est crée. Au cours des

                                   années 50 des autobus Chausson de type AP 52 ainsi que différents

                                   modèles Berliet sont utilisés sur les services urbains. En 1959, la

                                   desserte des HLM de Marlioz, voit le jour. En 1964 la ville d'Aix en

                                   concertation avec les communes limitrophes, propose un réseau de 5 lignes couvrant tout le territoire, les lignes proposées ne verront le jour qu'à l'aube des

années 80.

 

-  1968  : La société Autos Transports de Savoie (Cars Franchiolo)

obtient la concession du réseau urbain. L'offre est entièrement

repensée, pour la première fois la gare SNCF et la gare routière sont

desservies. 3 Saviem SC5 assurent les services urbains. En 1969 le

téléphérique du Revard cesse son activité, les 3 autocars Saurer,

utilisés pour la navette entre la gare basse et le centre ville, sont

acquis par la ville d'Aix-les-bains, 2 d'entre eux sont ferraillés, le

troisième est attribué aux services urbains en tant que véhicule

d’appoint. En 1970, la ligne de Grésy-sur-Aix est supprimé, l'année suivante la municipalité passe commande à JC Decaux d'abribus pour équiper les principaux arrêts du réseau.

 

                                   -  1973  : Mironneau retrouve la concession des services urbains, la

                                   desserte de Lafin et Franklin-Roosevelt est ajouté à la ligne 1.

                                   L'année suivante les Cars Gonnet font l'acquisition de Mironneau, 

                                   Gonnet obtient de fait l'exploitation du réseau urbain, provisoirement

                                   pour commencer. Pendant la saison la desserte de Tresserve est

                                   testée, la ligne sera intégrée au réseau l'année suivante.

                                   En 1975, Gonnet obtient définitivement la

                                   concession des services urbains, qui se voient

                                   attribués le nom SUA. Les premiers Berliet PCM

sont utilisés, ils remplacent progressivement les Saviem SC5. Le

réseau est restructuré et un slogan fait sont apparition "en utilisant

régulièrement l'autobus vous favorisez le développement d’un réseau

qui pourra ainsi mieux vous servir". En 1976, le réseau est encore

                                   restructuré, un premier Berliet PR 100B rejoint

                                   le parc. En 1977 la gratuité pour les personnes

                                   de plus de 65 ans et pour les PMR est instauré,

                                   en même temps la ligne de Boncelin-Tir aux Pigeons est crée.

                                   En 1979 la ligne du Biollay est ajoutée au réseau, 2 Berliet PR 100

                                   entrent en services, le logo SUA évolue et la

                                   livrée des bus devient intégralement bleu.

                                   En 1980 la fréquentation annuel du réseau est

                                   de 110 000 voyageurs. Au début des années 80

                                   les SUA ne recevront que très peut de

changement hormis l'amélioration des fréquences. Au milieu de la

décennie la fréquentation dépasse 250 000 voyageurs par an, le parc

de véhicules est alors composé de 3 Berliet PCM, 3 Berliet PR 100

et 1 Van-Hool Fiat 314. En 1986, la compétence transports est

transférée au SILB, le périmètre de transports urbains de 1971

(Aix-les-Bains, Mouxy, Pugny-Chatenod, Drumettaz-Clarafond et Tresserve, ajouté en

1975) est élargie aux communes de Brison-St Innocent, Vivier-du-Lac et Voglans.

                                  

                                   -  1987  : Le 25 mai la ST2A est inauguré. Le

                                   nouveau réseau exploité par la CGFTE et est

                                   composé des lignes 2 et 3, les lignes 1, 4, 5, 6

                                   et 5 circuits scolaires seront mises en services

                                   en septembre. Le parc est composé de 3

                                   Renault PR 100, 2 Heuliez GX 107 et 1 Van-

                                   Hool Fiat 314, 6 autres véhicules sont affrétés

                                   des PR 100 pour la plupart. Dès la première 

                                   année, la fréquentation dépasse 500 000 

voyageurs, ce sera 1 050 000 en 1988. En 1989 le PTU est étendu aux communes de Méry et Grésy, la ligne 7 est crée. À l'été 1990 une ligne express entre le centre ville

d'Aix et Technolac au Bourget du Lac est créée, elle deviendra la

ligne 8 en 1996. En 1993 la ST2A lance un service de transport à la 

demande entre Aix-les-Bains et la Biolle appelé "Appel Micro Bus".

Le service est assuré par un Renault Espace, il sera supprimé après 

                                   3 ans de fonctionnement. En 1995 la livrée des 

                                   bus évolue, un guide bus édité deux fois par an 

                                   remplace les fiches horaires. En 1996 le réseau 

                                   s'équipe de 5 nouveaux bus, 2 Renault R 312, 

                                   1 Renault PR 112 et 2 Renault PR 100. 

                                   Pour ses 10 ans ST2A investi 170 000 F dans

                                   la campagne "97 l'appel de la mouette", la même année le parc

                                   commence à être converti à l'aquazole qui est un mélange gasoil-

                                   eau. Au moi d'août, le service de transport à la demande "Appel Taxi

                                   Bus" est lancé. En 2000 une navette électrique

est testée. En 2001 c'est une nouvelle identité visuelle qui voit le jour

le solgan qui est alors "Déplacez-vous en Liberté" devient "la ville plus

facile...", la fréquentation du réseau commence à stagner. En 2003 le

concessionnaire devient Connex, la navette centre ville est crée et le 

transport à la demande se nomme désormais Créabus, l'année 

suivante le design de la documentation du réseau est rajeunie. En 

2005, la ligne 14 du STAC de Chambéry qui relie La Motte-Servolex au

Bourget-du-Lac, devient une ligne ST2A, l'année suivante les lignes 

9 et 10 sont créés et Connex devient Véolia Transport. En 2007 ST2A

lance la campagne "20 ans un nouvel élan". Pour sa dernière année la fréquentation

du réseau avoisine 1 500 000 voyageurs. En janvier 2008 l'exploitaion est confié à Kéolis

 

                                   -  2008  : Le 1er septembre ST2A devient Ondéa. Le dépôt 

                                   déménage Bd. Lepic, à côté du siège de la CALB, l'arrêt principal du

                                   réseau et l'agence commerciale déménage au niveau de la gare. Le 

                                   parc se compose alors de 29 autobus. Les lignes scolaires, les lignes

                                   à la demande du Mont du Chat et des flancs du

                                   Revard sont intégrées au réseau. Un service

                                   nocturne en correspondance avec les derniers

                                   trains, baptisé "Ondé gare" est crée. Dès l'année 

                                   suivante des services supplémentaires sont

ajoutés ainsi que de nombreux services à la demandes deviennent

réguliers. Le service de location de vélos Vélodéa est créé. En 2010,

les fiches horaires remplace l'encombrant guide bus (qui comptait près

de 150 pages en 2009), les premier Mercedes Citaro sont utilisés et

les derniers Renault PR 100 sont retirés du service. En 2011 la ligne

5 est restructurée et dessert maintenant la commune de Sonnaz, la ligne 20 reliant le

centre ville à Savoie Technolac en 20 minutes est créée. L'année suivant le traffic dépasse

pour la première fois 2 millions de voyageurs annuel. En 2014 la CALB devient Grand Lac.

 

                                   -  2015  : L'exploitation du réseau est confié à 

                                   RATP Dev. Le nouveau réseau s'articule autour

                                   de 3 lignes principales et 19 lignes de proximités,

                                   le réseau intègre toutes les lignes scolaires de

                                   Grand Lac. Ondéa développe et privilégie le 

                                   transport à la demande. Une application mobile 

                                   est créée. À partir de 2015 le parc d'autobus est

                                   progressivement renouvelé, en 2017 le parc est 

                                   composé de 38 autobus, des Iveco Urbanway et

Crossway City et Mercedes Citaro pour la plupart. En 2018 Ondéa lance 2 lignes

périurbaines desservant la Chautagne et Entrelacs, ces lignes fonctionnent uniquement les 

jours de marché soit les mercredi et samedi. En 2020 Ondéa lance un nouveau support

pour ses titres de transport, une carte sans contact à QR code. Les données ne sont plus

sur la carte mais dans un cloud personnel nommé M. Ticket.

actualités :

 

-  Site en cours de modification, le contenu sera de retours bientôt

contact :

 

histobusaixois@gmail.com 

 

partage :

 

Service gratuit simple et accessible à tous

Je crée mon site web
Créer un site gratuit avec